Mini-maisons 101

Qu’est-ce qu’une mini-maison?

Inventées en 2000 aux États-Unis suite au passage de l’ouragan Katrina et après la crise des subprimes, les mini-maisons sont de petits logements résidentiels à structure de bois montés sur remorque, avec un espace habitable d’environ 100 à 300 pieds carré. Limitées à 3.5 tonnes pour être tractées, plus résistantes aux intempéries qu’une caravane, les mini-maisons se vendent en moyenne entre 35 000$ et 60 000$, selon les coûts de construction, le terrain et les frais de remorquage. Elle peuvent autant servir de résidence principale que de maison d’amis, de commerce ambulant, de gîte ou encore de logement d’urgence.

La philosophie des mini-maisons

Les mini-maisons sont grandement appréciées par les adeptes de la décroissance et les défenseurs de la transition écologique. Nécessitant beaucoup de discipline et de sacrifices, elles prônent un style de vie apaisant en donnant beaucoup de temps libre à ses propriétaires, temps libre autrement réservé à l’entretien d’une maison de taille normale. Dominique Loreau, essayiste française et auteur de Vivre heureux dans un petit espace, parle de la liberté et du bonheur que procurent les petits espaces, et soutient que ‘si avoir un toit à soi est une priorité, sa surface, elle, est secondaire: car paradoxalement, plus un habitat est petit, plus il peut apporter de joie.’ En bref, elle remet en question le sens des valeurs contemporaines et la civilisation matérialiste, des causes qui ont effectivement besoin d’être questionnées dans le monde de luxe d’aujourd’hui.

Les mini-maisons au Québec

Encore grandement marginale au Québec avec moins d’une dizaine de projets domiciliaires établis, la tendance des mini-maisons se développe excessivement lentement dans la Belle Province. Il est certes facile de trouver un entrepreneur pour mener à bien sa conception et sa construction, mais il est toutefois difficile, voir impossible, de trouver une municipalité qui consentira à accueillir sur un de ses terrains ces petites habitations. La ville de Lantier, qui fut l’hôte du Festival de mini-maisons en 2015 et 2016, a récemment modifié ses règlements de construction et de zonage pour pouvoir accueillir des mini-maisons, et espère aménager des quartiers avec des bâtiments communautaires pour rendre la vie de ses propriétaires encore plus aisée.

Les principaux inconvénients

Les mini-maisons ont démontré depuis leur conception qu’elles sont d’excellentes alternatives pour les personnes vivant seules ayant pour objectif d’être propriétaire. À deux ou plus, difficile d’avoir son espace personnel et les frictions peuvent s’accumuler rapidement. Étrangères à la revente, les mini-maisons trouvent rarement une banque désireuse de consentir une hypothèque avec si peu de gain d’intérêt. De plus, ces maisons, catégorisées ‘Véhicule’ car sans ancrage, ne sont pas considérées comme un investissement et perdent de la valeur au fil du temps. Normalement, une maison est un investissement, entre autres grâce à son emplacement et à la valeur de son terrain. Sont-elles donc une mode passagère ou une solution économique miracle? Seul le temps nous le dira.

Contactez-nous

RE/MAX Immo-Contact Inc.
Équipe Denis Pelletier

Tél. : 1 855 782-0873
Téléc. : 450 661-9087

info@equipedenispelletier.com